vendredi 29 mars 2013

~ Je nous trouve beaux, Cyril Montana

Le titre se réfère aux reflets perçus par le narrateur dans des vitrines - images de lui-même et de sa fille qu'il accompagne pour son premier jour d'école. Cela apaise un peu la crainte du lecteur d'avoir affaire à un récit narcissique, puant d'autosatisfaction (même si cette phrase arrive tard, après 90 pages)...Cela dit, on n'est guère loin de l'autofiction ; les aventures de cet homme semblent bien inspirées d'expériences personnelles. On a ainsi droit à quelques zooms superficiels sur une vie banale : évocation de parents... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]