restons_calmesUn classique des BD girly pour les 30-40 ans : "Au secours, mes bourrelets, mes fesses molles ! J'arrête de boulotter à toute heure des friandises qui font du bien au moral ? Ou je me mets à faire du sport ?"
N
otre héroïne choisit de courir.

Joindre l'agréable (il paraît qu'on devient accro) à l'utile : maigrir, donc... et surtout se vider la tête quand les adolescent(e)s de la maison font tout pour vous rendre hystérique. Comme la plupart des jeunes en proie au déferlement d'hormones (on se rassure comme ça : c'est pas leur faute, ces changements d'humeur), les filles de cette dame sont de mauvais poil, inertes, injustes, balancent des phrases assassines, chipotent pour participer aux travaux ménagers, etc. Mais subitement, au milieu de ces tempêtes, un minuscule rayon de soleil : des trêves, surprenantes, rares, très brèves avec gros câlins et gentillesses. Bref, avec des ados, vous vivez sur des montagnes russes, et plus souvent au top du stress. Alors oui, on peut fuir en allant faire du sport... ou du shopping, ou en enfonçant ses boules anti-bruit bien profond (dans les oreilles) pour se réfugier dans un bon bouquin. Bouquin qui ne parle ni de mères formidables, ni d'enfants angéliques, c'est mieux.

Couv et 4e trompeurs, je trouve. J'espérais davantage sur la partie mère-ados qui ne démarre qu'au milieu du livre, après beaucoup de considérations sur le look de la joggeuse, le mauvais temps, la flemme de sortir... J'attendais moins de faits bruts, plus d'humour et de recul, façon Leslie Plée. Bon point : les personnages de Bravi sont moins snobinardo-branchouillo-parisiens que ceux de Bagieu ou Motin. 

De cette auteur, j'avais beaucoup aimé Pourquoi j'suis pas aux Maldives, mais il s'agissait de ma toute première lecture de BD 'pour filles', ceci peut expliquer cela.

12/20 -  Horloge 9 avril - emprunt mdtk

Restons calmes ! - Soledad Bravi, Casterman, avril 2012, 156 p. 

Extraits :

 L'adolescent est très fatigant, très égoïste, très désagréable, très injuste, très ingrat, très feignant, très mal élevé, mais il faut certainement ça pour couper le cordon très solide qui le relie à ses parents...
Heureusement, parfois il y a un mot, un geste, une attention qui effacent tout... jusqu'au prochain scud ! 
(p. 130-131)

 L'adolescent peut être très agaçant, ingrat, poil dans la main... pour éviter de déprimer ou de le passer par la fenêtre, j'vais courir...  (4e de couv)