un_petit_boulotlevisonCourse au profit oblige : encore une usine américaine délocalisée au Mexique. Jake Skowran est dans la mouise, il a perdu son travail comme les trois quarts de la population masculine de la ville. Faute de mieux, il joue pour de l'argent, mais perd plus souvent qu'il ne gagne. Son débiteur lui propose "un petit boulot" pour éponger sa dette, une mission spéciale qui heurte ses principes moraux, mais dont il va finalement s'acquitter avec un zèle admirable. On ne l'arrêtera plus.

Au vu des critiques survolées ici et là, j'attendais un roman "social" : critique de la société, de la dure loi du marché du travail et de la précarité de l'emploi. Je l'ai trouvé, après quelques pages qui m'ont fait craindre un roman noir avec narco-trafic et mafieux.

Pas de misérabilisme dans ce portrait grinçant de laissés pour compte, de chômeurs désespérés et prêts à tout. Beaucoup d'humour au contraire et quelques personnages attachants et drôles, Jake en tête.

Rythmé, amusant, cynique et émouvant.

Cela m'a fait penser au film La grande séduction, où des hommes se démènent pour que l'économie locale revive, à l'excellente saga (sérieuse) Les vivants et les morts et au polar délirant Totally Killer.

16/20 - Horloge 10 & 12 avril

Un petit boulot, Iain Levison, Ed. Liana Levi, Coll. Piccolo, septembre 2004, 210 p.

Je le classe en roman noir, et toi, Lili ? Si oui, challenge thrillers et polars de Liliba, 43e 

dernier récap des lectures de TOUS les participants fin mars ici (plein d'idées à piocher !) -

challenge_thriller_liliba