matt_o1Futuropolis, Gallisol
octobre 2008, 64 p.

♥♥♥♥

Le 1er août 1914, la France entre en guerre. Le gouvernement annonce aussitôt la mobilisation générale. Les soldats partent 'la fleur au fusil', persuadés de régler rapidement son compte à l'ennemi - en quelques semaines tout au plus. A Collioure, le jeune Mattéo est exempté grâce à ses origines espagnoles. Tant mieux pour lui : il reste auprès de la jolie Juliette. Mais la mauvaise conscience le taraude. Il s'engage finalement, alors qu'on n'ignore plus les dégâts de cette guerre sauvage et meurtrière. Rares sont les familles dans le village qui n'ont pas perdu un des leurs, et les blessés reviennent en triste état.

On retrouve un thème déjà présent chez cet auteur dans la série Le Sursis : les convictions pacifiques d'un homme à l'épreuve de sa conscience. Refuser de participer au carnage mais rester "lâche" (à ses propres yeux et à ceux des autres, désapprobateurs), ou bien faire preuve d'un courage suicidaire ?
Autre aspect récurrent : une femme pour deux hommes…
La guerre est décrite ici de façon très réaliste. Toute l'horreur des combats est exposée crûment : peur, explosions, sang, barbelés, corps déchiquetés. Peu d'éléments en revanche sur le quotidien dans les tranchées, hormis le plus positif : la camaraderie, la solidarité. 

Toujours un superbe graphisme chez Jean-Pierre Gibrat : précis, riche de détails, visages fins. Les jolies jeunes femmes se ressemblent beaucoup d'un ouvrage à l'autre, et même au sein d'un même album (cf. infra), avec un petit air de la petite Martine (dessinée par Marcel Marlier).

L'histoire de Mattéo ne s'arrête pas là, la suite est à découvrir dans un deuxième opus.