le_cas_sneijderEditions de l'Olivier, 2011
Points, septembre 2012, 236 p.

♥♥♥♥♥

Après avoir survécu à un accident dans lequel il a perdu un proche, Sneijder prend conscience de la vacuité de son existence, et surtout de sa propre lâcheté. Impossible pour lui de reprendre cette vie "d'avant" qu'il subissait passivement, soumis à une femme tyrannique qui l'a entraîné à vivre au Canada, lui a choisi sa profession et l'a coupé d'une partie de sa famille.

Un roman surprenant pour qui ne connaît pas JP Dubois, ou n'a lu de cet auteur que Une vie française. Cet ouvrage s'inscrit cependant dans la lignée de quelques autres de ses courts récits (Une année sous silence, notamment) : le propos est tour à tour drôle et déprimant, centré sur un homme qui dresse un bilan sombre de sa vie, bien décidé à changer de cap. Les états d'âme du narrateur peuvent sembler longuets ici, et les considérations sur les ascenseurs redondantes, bien qu'intéressantes. J'ai beaucoup apprécié en revanche les réflexions sur l'espace : la façon dont une société l'occupe, l'horizontalité et la verticalité.

Mes préférés de cet auteur : Une vie française et Vous plaisantez, monsieur Tanner.

Horloge  6 & 7 juillet