the_magdalene_sistersdrame irlandais de Peter Mullan, 2001 - Lion d'Or de Venise (2002)

Horloge 1h56

♥♥♥♥♥

Dans l'Irlande catholique des années 60, gare aux jeunes femmes qui se sont fait violer, qui sont allées "trop loin" avec leur petit ami, ou qui se sont seulement laissé flatter par des garçons. Elles ont péché, elles doivent expier. Leurs parents sont les premiers à les répudier, les séparant brutalement des bébés issus de ces unions scandaleuses le cas échéant, demandant l'aide du prêtre local qui les envoie chez des religieuses. Là, elles sont enfermées, doivent prier pour le salut de leur âme, trimer, sont humiliées et battues pour des prétextes futiles. La solidarité entre elles les aide à supporter cette existence.

Très beau film. Lent, douloureux, révoltant. On perçoit à travers quatre jeunes femmes les différentes réactions face à l'inadmissible : tentative de fuite, révolte, résignation, désespoir, folie.

Comme dit Julien Blanc-Gras (in Touriste) : "Dieu m'intéresse surtout pour ce que les gens en font". C'est exactement à cela que le film invite à réfléchir. On peut s'interroger en effet sur les motifs et la sincérité des religieuses qui traitent ainsi ces jeunes filles, de manière cruelle, sadique, vicieuse parfois. Il pose également la question du pouvoir sur une population d'un discours religieux menaçant, au point que des parents renient et sacrifient leurs filles adultes.

Ce film s'inspire bien sûr d'une réalité : des milliers de jeunes femmes ont subi ce sort des années 1960 à... 1996 en Irlande.

--- petit bémol : des invraisemblances sur l'apparence de quelques unes des pensionnaires dont les sourcils sont parfaitement épilés, les cheveux "brillants et éclatants de santé" (comme diraient les pubs) alors qu'elles sont censées vivre dans l'austérité et être mal nourries.

Sur le même sujet, un joli roman : Une seconde vie  de Dermot Bolger - récit d'un enfant adopté, arraché à sa mère dans ces mêmes conditions.