pulphead

logo_libflytrad. de l'anglais (USA)
par Nathalie Bru et Estelle Jacquet-Déguez
Calmann-Lévy
21 août 2013, 512 p.

♥♥♥♥♥

Lu par Mr :

Les sujets des chroniques du journaliste John Jeramiah Sullivan regroupées dans ce recueil sont divers (musique, peintures rupestres, mouvements de pensée divers, ...). L'intérêt qu'elles ont suscité chez moi a d'ailleurs été très inégal : certaines m'ont passionné et instruit, tandis que j'ai rapidement abandonné la lecture de quelques autres. 

Ainsi, parmi les chroniques musicales, seule celle consacrée à Bunny Wailer m'a plu. L'auteur y présente le contexte culturel dans lequel le rastafarisme s'est développé ainsi que des spécificités de la vie politique jamaïquaine. En revanche, bien que j'apprécie aussi la musique du groupe Gun's & Roses, la chronique consacrée à son chanteur Axl Rose m'a paru sans intérêt. Quant à celle relative à la recherche de paroles de chansons du country blues des années 1920 et 1930, je l'ai abandonnée, faute de curiosité pour le sujet ainsi que de connaissance des personnages évoqués.

J'ai beaucoup aimé les chroniques consacrées respectivement à l'excentrique naturaliste Rafinesque ("La Hwi-Ne-Ski"), aux vestiges archéologiques du sud-est des U.S.A. ("Des grottes sans nom"), et à des spéculations de l'auteur sur une hypothétique évolution des espèces qu'il décrit ("La violence des agneaux").

Le point commun de ces chroniques est le regard bienveillant que porte l'auteur sur ses personnages principaux, aussi stupides, artificiels, ou pervers soient-ils. Il est possible que ce point de vue découle d'une nécessité de ne pas offusquer un lectorat partiellement constitué de fans ou de conservateurs. Ainsi, ce n'est qu'après avoir dressé un portrait dithyrambique de l'artiste Michaël Jackson que Sullivan évoque les possibles orientations pédophiles du chanteur, écartant aussitôt cette thèse par une analyse psychologique hypothétique de l'intéressé. De même, les participants à la manifestation du 12 septembre 2009 ne sont présentés que comme des idéalistes innocents ou des victimes d'une société en quête de repères. Enfin, Miz, star de téléréalité américaine, bien qu'à l'esprit étroit et limité, devient sous le plume de Sullivan l'un des meilleurs amis dont l'on puisse rêver au monde !

La lecture de cet ouvrage m'a parfois un peu fait penser à des écrits de Bill Bryson, même si l'on n'y retrouve pas le sens de l'humour de ce dernier.

Merci à Libfly, au Furet du Nord et aux Editions Calmann-Lévy pour cette découverte en avant-première.