la_zonzon

Points, janvier 2013, 302 p.

♥♥♥♥♥

Lu par Mr :

Lazare Vilain a une formation de philosophe. Il est sollicité par l'Administration pénitentiaire pour animer des ateliers ou cours de philosophie auprès de détenus. Entre le professeur et ses "élèves", le courant passe vite et bien.  Tellement bien que le lecteur peut s'interroger sur l'intérêt global pour la société d'une démarche aux intentions a priori salutaires : permettre à des détenus d'accéder à certaines connaissances, les aider à comprendre leur vie et à prendre du recul... mais certainement pas amener un intellectuel à s'encanailler !

Les mots sont parfois familiers, voire crus (mais pas vulgaires dans leur contexte). Le langage argotique souvent employé par l'auteur l'est toujours au sein de phrases bien construites, et l'est souvent de manière très imagée et amusante. Dans ce roman j'ai un peu retrouvé une qualité d'écriture et un humour provocateur tels que les manie si bien Jean Teulé, ainsi que la thématique et le registre de langage d'Alphonse Boudard (1925-2000).

Je me suis régalé de la première ligne du livre à son avant-dernière page, mais je déplore que sa fin soit si naïve et si décalée avec son ton.