au bord du monde

Robert Laffont
janvier 2010, 288 p.

♥♥♥♥

Lu par Mr :

Astrid Wendlandt est journaliste et se dit irrésistiblement attirée par le nord Sibérien qu'elle explore en partie.
Les Nenets sont une ethnie nomade vivant sur la zone côtière de la mer de Barents et de la mer de Kara. La recherche de nourriture pour leurs rennes (du lichen pendant les longs hivers) détermine en grande partie leurs déplacements.
L'auteur évoque ses rencontres avec des Nenets, au cours de quatre séjours qu'elle a effectués chez eux entre 2001 et 2007. Elle décrit aussi les magnifiques lieux qu'ils occupent, en exposant les influences du reste du monde au cours de l'histoire depuis le début du XXe siècle (les effets du communisme et plus particulièrement du stalinisme, et ceux de l'exploitation croissante d'hydrocarbures par Gazprom...) ainsi que ses inquiétudes pour l'avenir de ces populations (alcoolisme, acculturation, conséquences du réchauffement climatique...).

Cette vision globale des lieux et de leurs habitants est particulièrement intéressante, d'autant plus que l'auteur n'hésite pas à écrire ou à sous-entendre ce qu'elle pense du régime politique de Vladimir Poutine à travers ses effets sur cette population de la Fédération de Russie pourtant éloignée de Moscou. Les difficultés de la scolarisation des enfants Nenets, mais aussi ses avantages et ses inconvénients, sont également bien mis en évidence.

Je crains un peu cependant que les motivations de l'auteur (quête spirituelle) nuisent à son objectivité, notamment lorsqu'elle expose les croyances des Nenets et les activités des chamanes, même si la vie spirituelle de cette population est une composante importante de sa culture.

Cet ouvrage m'a rappelé le très bon roman L'étrangère aux yeux bleus de Youri Rytkhéou, d'ailleurs cité en bibliographie, et au récit de voyage En Sibérie de Colin Thubron. 

Merci Canel !  sapin