le jour où

Thierry Magnier éditions
octobre 2013, 133 p.

Lu par Mr

♥♥♥♥

Le soldat Botillon raconte : sa vie au front, ce qu'il a laissé à l'arrière, ses espoirs, ses souffrances, ses sentiments face au carnage auquel il participe... Le récit du soldat alterne avec celui de son arrière petit-fils, encore enfant, lui aussi en "guerre" contre ses jeunes voisins.

Dans ce roman ce sont les aspects dramatiques et la réflexion sur l'absurdité de la guerre qui dominent, même si l'on y trouve aussi quelques touches d'humour caractéristiques de l'auteur. Ces registes sont a priori difficiles à faire cohabiter. L'auteur y parvient parfaitement, avec un grand sens de la formule. Le parallèle entre la première guerre mondiale telle que racontée par le soldat Botillon, et les jeux d'enfants de son arrière petit-fils souligne l'horreur du conflit du début du XXème siècle, et met en évidence la tendance naturelle de l'être humain à vouloir se confronter à autrui.

Compte tenu de fait que cet ouvrage sort en partie du registre "habituel" de l'auteur (même si c'est à travers les yeux d'un enfant qu'une partie de l'histoire est racontée), il fut une bonne surprise pour moi. A lire dès que la 1ère guerre mondiale est étudiée à l'école.  

Merci à Hervé Giraud pour cette découverte.

Lu et beaucoup aimé de cet auteur : Quelle mouche nous pique ?Pas folle la guêpe, Ca me file le bourdon.