le féminin du temps

Favre Editions
janvier 2012, 325 p.

Avis de Mr

♥♥♥♥

Richard Damier, quadragénaire, est chercheur au CERN, l'équivalent suisse du CNRS. Son épouse est traductrice. Ensemble, ils élèvent leur fils, Charles, âgé de neuf ans au début du roman.

Richard a décidé de tenir un journal intime. Ce journal constitue les cent dix premières pages du roman. Il y fait part de ses angoisses, notamment face au passage du temps. Il y restitue ses échanges avec Otto, son ami et confident, psychologue jungien. Il y raconte aussi les bouleversements occasionnés par sa rencontre avec Evelyne, une jeune femme ayant 20 ans de moins que lui.

La suite du roman présente les points de vue respectifs de Charles, d’Otto et d’Evelyne. 

L’intrigue en elle-même est bien construitre, très agréable à suivre. Il n’y a toutefois pas de véritable suspense, chacune des "révélations" intervenant au cours du récit étant assez prévisible.

L’auteur intègre à son récit des réflexions relatives à des théories scientifiques intéressantes, ou des spéculations philosophiques, qu’il tente parfois de mettre en parallèle avec son intrigue. Par cet aspect, ce roman m’a fait songer aux excellents Le monde de Sophie de Jostein Gaarder, et Le théoréme du perroquet de Denis Guedj.

Ces ouvertures sur des thèmes de réflexion sont souvent intéressantes mais ne m’ont finalement pas apporté beaucoup : en effet, beaucoup des éléments théoriques exposés sont résumés et illustrés de manière assez classique, sans véritable explication nouvelle m’ayant permis de mieux les comprendre. D’autres considérations sont restées au contraire assez floues, comme la reprise de théories de Carl Gustav Jung. La qualité de l’écriture et celle des portraits sont probablement les éléments de ce roman qui ont le plus contribué à ce que je le lise avec autant de plaisir malgré mes réserves.

Avis de Canel

♥♥♥♥

La fuite du temps vue par un physicien quadragénaire en pleine crise existentielle et conjugale.
Cet homme déprimé - relativement antipathique au demeurant - confie son mal-être et ses doutes à son ami, un psychologue. Cela donne lieu à des échanges autour du temps, à travers les prismes respectifs de la physique quantique et de l'analyse jungienne. Mais aussi, via d'autres protagonistes, à la lumière de thèses biologiques (théorie de l'évolution) et philosophiques illustrées par la mythologie.

Présenté de la sorte, ce roman peut sembler rébarbatif. Si certains passages théoriques sont en effet un peu ardus pour les néophytes, l'ouvrage n'en est pas moins passionnant. Sous couvert de thriller, Daniel Cordonier ("psychologue passionné par la vulgarisation des sciences", je cite) expose des réflexions riches sur le temps, sur le couple (routine vs passion), la paternité, les non-dits familiaux, la vengeance.

Je déplore seulement la sophistication de l'intrigue au fil des pages, trop lourde en rebondissements classiques, comme s'il s'agissait de rétablir l'équilibre entre théorie, histoire d'amour et thriller.

Horloge 5 au 10 mars

Un grand merci à Sophie R. et aux éditions Favre.

Challenge thrillers et polars de Liliba (2013/2014) 

logo_thrillers_Lili_2013_14_2

Challenge de Claire - enfin, je lis un "voisin", pour la première fois de l'année.

challenge Claire