manège

StoryLab Editions, mars 2014, 52 p.

♥♥♥♥

Elle souffre, cette petite Héloïse de huit ans. Maman travaille à la maison sur le net quand elle a un peu de temps entre deux tétées, Papa est souvent entre deux boulots précaires. Spirale infernale : pas d'argent mais on cède aux sirènes du crédit à la consommation, donc endettement, désespoir, colère et violence d'un père "en échec", disputes conjugales, ambiance délétère à la maison.

Comme la plupart des enfants, Héloïse absorbe comme une éponge les malheurs et les souffrances de ses parents, jusqu'à la nausée. Elle culpabilise et somatise, mais parvient à confier son chagrin, ses angoisses. Elle n'a pas d'aide à attendre de cette "oreille" qui ne se lasse pas de recueillir ses confidences, certes, mais ne lui répondra pas. N'empêche, parler lui fait du bien.

On peut déplorer des caricatures, notamment sur le personnage de la soeur aînée, et un décalage entre l'âge annoncé de la narratrice et sa maturité.
Ce texte n'en est pas moins fort et dérangeant si on se laisse embarquer par la voix de cette enfant qui sonne plutôt juste, ce qui n'est pas si fréquent dans ce genre de narration. 
Le malaise et l'émotion grandissent, le ton laisse craindre un drame. Certains passages m'ont d'ailleurs rappelé le terrible 'Rafael derniers jours'. Autant dire que cette petite fille ne baigne pas dans le rose bonbon...

Une nouvelle pour adultes, intense et poignante. 

Horloge 14 avril

Merci à Claire B. et aux éditions numériques StoryLab.