les visages

ML

Points Thriller, mai 2012, 408 p.

♥♥♥♥♥

La souffrance morale des autres est contagieuse certes, mais un médecin doit garder une "neutralité bienveillante" pour ne pas se laisser contaminer. Sa capacité à écouter, soutenir et soulager est à ce prix.
Cette distance est probablement d'autant plus difficile à maintenir pour un médecin du travail, employé dans la même entreprise que ses patients, installé au même endroit, subissant la même hiérarchie, connaissant chacun à la fois comme individu et comme membre d'une structure.

Carole (médecin du travail) a perdu cette capacité de recul depuis longtemps, elle est au moins aussi mal en point que les patients qu'elle reçoit.
Concurrence oblige, cette entreprise de téléphonie a connu de grands bouleversements. Les salariés ont été reclassés à la va-vite, sur des postes sans rapport avec le contenu et le statut de leurs précédentes fonctions, et surtout sans processus d'accompagnement au changement.
Affections psychosomatiques, dépressions et suicides se succèdent à tous les niveaux de la hiérarchie.
Carole s'implique trop, Carole n'a plus d'autre vie, Carole ne fait plus face. Complètement submergée, totalement impuissante, en grande souffrance elle aussi, elle tient à coup de cachets de toutes sortes, tranquillisants, antidépresseurs, aspirine, qu'elle pioche au petit bonheur dans sa poche.

Entre rapports médicaux et témoignages de Carole, on revisite plusieurs fois le cas de chacun des protagonistes. Ce procédé narratif étourdissant et écoeurant exprime parfaitement la douleur lancinante de ces salariés et les obsessions de Carole.
Malgré des meurtres et la présence d'un enquêteur (et quelle présence) cet ouvrage est plus un roman noir qu'un polar. Le malaise et le sentiment d'oppression du lecteur grandissent sans jamais faiblir. On est pris dans une spirale descendante, on dégringole dans un gouffre, dans un puits dont le seul fond semble être la mort - une mort violente. 

Le tableau que dresse l'auteur des conditions de travail et de leurs dégâts sur les salariés est très sombre, moralement violent. Il peut sembler exagéré. Hélas, des professionnels du milieu témoignent de son réalisme. 
J'y ai cru, ce qui a rendu cette lecture d'autant plus sombre. 
J'ai souvent tiqué en revanche sur le comportement de la femme médecin, sur ses prises frénétiques de pilules diverses - des dizaines en une journée - et sur sa résistance physique hors normes.

Un roman très fort, dérangeant. J'avais hâte d'avancer et de finir, pas pour le suspense, mais pour l'issue. Pitié, que tout s'arrête ! On ne peut guère espérer de dénouement lumineux, trop de souffrances, trop de situations inextricables, trop de pièges qui se resserrent comme des noeuds coulants autour des victimes lorsqu'elles se débattent.

Horloge 23 au 30 avril - souvenir de Mauves
Billet rédigé en ce 1er mai, Fête du Travail - ça n'était pas calculé !

L'avis de Gridou.

Challenge thrillers et polars de Liliba (2013/2014)

logo_thrillers_Lili_2013_14_2