cités1

Kazé, octobre 2013, 176 p.

♥♥♥♥

lu par Junior

Cette BD est une adaptation de l'excellente série télévisée franco-japonaise 'Les Mystérieuses Cités d'or', diffusée pour la première fois au début des années 80.
Ce premier opus nous mène jusqu'à la découverte de Solaris par Esteban et ses compagnons, ce qui correspond en gros au huitième épisode du dessin animé.
Le format est clairement celui d'un manga (découpage, dessin en noir et blanc) mais il se lit dans le sens occidental.
Je pense que les fans de la série TV ne pourront qu'être déçus : de nombreux passages ont été supprimés et le dessin est grossier, trop peu détaillé, les visages des personnages ne ressemblent pas assez aux originaux.
Un point positif cependant : le manga reprend l'idée des documentaires qui clôturent chacun des quarante épisodes du dessin animé. Ils sont traités de manière intéressante ici.
En résumé : grande déception si je compare à la série originale, que j'ai regardée plusieurs fois depuis mes sept ans, avec toujours autant de plaisir.

Je remercie Babelio et les éditions Kazé.

et Mr 

♪ ♫ Enfant du soleil, tu parcours la terre et le ciel, tu cherches ton chemin, c'est ta vie c'est ton destin. Et le jour la nuit, avec tes deux meilleurs amis, à bord du grand Condor, tu recherches les Cités d'Or... ♪ ♫ 
Ce petit air entêtant ouvre chacun des trente neuf épisodes de la série télévisée en dessin animé. Je l'ai découverte à quarante ans, en même temps que notre fils, et ai été presque aussi séduit que lui par l’ambiance, les personnages et l’histoire. Contexte et ton : XVIe siècle, découverte du Nouveau Monde et de ses richesses avec trois enfants et quelques adultes, aventure et science-fiction.
Cette adaptation en format manga, pourtant très fidèle au dessin animé, m’a beaucoup déçu.
Ici le graphisme est en noir et blanc, l’atmosphère d’aventure qui règne dans le dessin animé disparaît, probablement parce que le récit est plus condensé. 
Les personnages sont simplifiés à l'extrême. Il est dommage que Mendoza, par exemple, perde ici son caractère ambigu, alors qu'on se demande tout au long de la série TV s'il est un véritable ami d’Esteban et de ses compagnons, ou s'il n'est intéressé que par l'or.
En bref, regardez plutôt le dessin animé : pour chaque épisode, vingt-cinq minutes d'aventures suivies d'un petit documentaire sur l'Amérique latine.

- générique de la série TV -