annie sullivan

asetek

Annie Sullivan and the Trials of Helen Keller, 2012
traduit de l'anglais par Sidonie Van den Dries
éditions Ça et là, octobre 2013, 90 p. 

♥♥♥♥♥

(à droite : Helen Keller et Annie Sullivan en 1887, d'autres photos ici)

Alabama, 1886, Helen Keller a six ans. Sourde et aveugle à la suite d'une congestion cérébrale à dix-neuf mois, elle se comporte comme un petit animal sauvage : "Elle ne tolère aucun contact. Elle déteste qu'on la tienne, qu'on la serre, même affectueusement".
Les parents font appel à une éducatrice, Annie Sullivan, ancienne mal-voyante. Les méthodes strictes et impitoyables de la jeune femme suscitent la méfiance de l'entourage d'Helen et même une hostilité franche de la part du père.

Rencontre de deux caractères forts, une enfant et une jeune femme aussi exigeantes avec elles-mêmes qu'avec les autres. Frictions, bras de fer et même affrontements physiques.
La patience et la ténacité de la professeur s'avèrent fructueuses. Entre les moments difficiles et décourageants, les luttes éprouvantes, apparaissent des lueurs d'espoir, de plus en plus fréquentes. Grâce à un long apprentissage par le toucher, la petite fille s'éveille, se montre avide d'apprendre et progresse très rapidement grâce à une volonté et une intelligence remarquables.

Cet album retrace le chemin parcouru par Helen et son enseignante. L'isolement extrême d'Helen dans ses premières années est représenté par de superbes dessins, à la fois sobres et éloquents : petite silhouette dans l'obscurité, quelques touches de couleur et quelques mots pour représenter ses contacts avec son environnement et le vocabulaire qu'elle acquiert.
L'auteur rend également très touchants les échanges entre l'enfant et l'adulte, tout au long du récit, grâce au texte et au graphisme.

L'ouvrage est moins accessible que les biographies romancées sur Helen Keller destinées aux jeunes lecteurs. On peut se perdre dans des flash-back parfois obscurs sur la jeunesse de l'enseignante. Ceux-ci sont néanmoins intéressants pour comprendre la force de caractère du personnage. La jeune femme est montrée dans toute sa complexité, son portrait est sans complaisance. Orgueilleuse, jalouse, parfois malhonnête, mais surtout impétueuse et maladroite, Annie semble avoir voulu s'attribuer le mérite des progrès de sa petite élève. Cet aspect est occulté dans les versions pour enfants, notamment celle que j'ai lue (Norman Wymer).

Album émouvant et honnête. Intéressant et beau, à tous points de vue : graphisme, portraits, relations entre protagonistes, contexte.

Un grand merci à Price Minister et aux éditions Ça et Là.

94579423