amorostasia

Futuropolis
août 2013, 128 p.

♥♥♥♥♥

Les Parisiens sont confrontés à une épidémie étrange. Pas besoin de se retourner vers Sodome comme la femme de Loth pour être changé en statue, il suffit d'être amoureux. Mais c'est quoi, au fait, l'amour ? Désir sexuel, union des corps (même tarifée ?), attachement, tendresse ? Tout ou partie ?
Une jeune journaliste tente de comprendre le phénomène.

Cette BD surprenante et riche ouvre bien des réflexions sur l'amour, son pouvoir anesthésiant et aliénant lorsqu'il est neuf, sa géométrie variable. L'album invite également à méditer sur les comportements de masse en cas de danger : panique, paranoïa, fuite, désignation de boucs émissaires étiquetés et mis à l'écart pour calmer les esprits. Bonne idée de décrire dans une fable sur l'amour des réactions identiques à celles qui gagnent les populations en temps de guerre. Chaos personnel et intime, chaos collectif et public.

Un album riche qu'on a envie de relire dans la foulée pour prendre le temps de cogiter, une fois l'intrigue connue.
La ressemblance frappante entre l'héroïne et une ancienne ministre m'a interpellée. Indice : cette femme a régalé les foules avec un joli lapsus qui porte bien son nom.

La préface de Bernard Sablonnière, médecin chimiste, rappelle que le sentiment amoureux est une question de chimie. Mais pas seulement.

 Horloge 29/06 - emprunt mdtk

Krol et Sandrine sont également conquises.