maisie dobbs

Maisie Dobbs, 2003
traduit de l'anglais par JC Napias
LGF, le Livre de Poche
novembre 2007, 381 p.

♥♥♥♥

Maisie a perdu sa mère tôt. Son père, modeste marchand de fruits et légumes, l’a placée au service d’une famille d’aristocrates. Maisie s’y fait remarquer par son intelligence et son appétit d’apprendre. Ses maîtres l’encouragent à suivre des études universitaires qu’elle interrompt pour devenir infirmière pendant la première guerre mondiale... Dix années plus tard, Maisie s’installe à son compte comme psychologue et détective. La première affaire qui lui est confiée lui rappellera ces années de la Grande Guerre, particulièrement douloureuses pour elle aussi…

L’intrigue policière est plutôt banale. Elle entre cependant très bien en résonance avec l’histoire personnelle de l’enquêtrice. L’auteur met habilement en évidence les traumatismes générés par cette guerre, en particulier chez les « gueules cassées » dont les blessures ne sont pas seulement physiques. La problématique de leur retour dans un monde « normal » est bien posée et analysée avec finesse. L’ouvrage comporte également des réflexions intéressantes sur les phénomènes sectaires.

Lecture agréable, même si j'ai trouvé des longueurs dans la seconde partie centrée sur Maisie (ceci est sans doute dû à une lecture trop découpée).

L'avis de Canel.

logo_thrillers_Lili_2013_14_2

et challenge Voisines-Voisins de Claire

logo_voisins_voisines_2014_h300