le chasseur

L'Archipel, mars 2014, 330 p.

♥♥♥♥♥

Lu par Mr

Le journaliste et ancien flic Alexander Zorbach est sur la piste d'un tueur en série également traqué par la police. Un célèbre ophtalmologiste est en garde à vue, suspecté de plusieurs meurtres précédés de tortures, mais aucune preuve ne permet de le priver plus longtemps de sa liberté. Des indices laissent pourtant supposer qu’il est lié au serial killer recherché.

Le narrateur, juste avant de présenter le véritable dénouement de son histoire, imagine un happy-end qu’il évacue finalement ainsi : « Si vous souhaitez entendre cela de moi, allez au cinéma. Il n’y a pas de filtre de flou dans ma réalité. Ma vie n’a jamais été régie par les lois de Hollywood ».
Ce dont se défend l’auteur constitue précisément ce que je reproche à ce roman : il est écrit comme le scénario d’un film dans lequel seuls importeraient l’action, le suspense et les rebondissements. Quelques tortures, trois psychopathes, des innocents coupables ou vice-versa... la barque est chargée. L'auteur introduit même quelques phénomènes paranormaux ; cette technique me semble trop facile et peu crédible pour brouiller les pistes ou faire avancer une enquête.
Certes le suspense est au rendez-vous et je ne ne me suis jamais ennuyé. Mais à part une réflexion intéressante autour des effets psychiques de certains traumatismes, l’ouvrage se résume à une succession de scènes d’actions, sans véritable autre propos. 

Un avis plutôt négatif, même si j’avoue avoir dévoré le livre.

Second opus d'une série, qui peut être lu indépendamment du premier : Le voleur de regards.

• Merci à LP et aux éditions de l'Archipel.

Challenge thrillers et polars de Liliba (2014/2015)

logo_thrillers_Lili_2013_14_2

et challenge Voisines-Voisins de Claire

logo_voisins_voisines_2014_h300