harry est fou

Gallimard Jeunesse
septembre 2007, 48 p.

♥♥♥♥

Tout à coup, un oncle d'Amérique vous offre un perroquet. Ça c'est l'idée magique de Dick King-Smith. Cadeau plutôt décevant pour Harry qui s'attendait à un héritage en espèces sonnantes et trébuchantes. Ou à un avion, ou à une Porsche ou allez, ne soyons pas difficile, à une game-boy. Surtout que la bestiole est toute grise. Mais l'habit ne fait pas le moine, Madison est un perroquet exceptionnel, il ne se contente pas de répéter bêtement ce que vous dites tout aussi bêtement. Il a une culture phénoménale, discute, répond au téléphone, il est incollable aux échecs, il joue du piano debout (il n'a pourtant pas la gale). Il aide papa à faire ses mots croisés, maman à jardiner et à cuisiner. Limite premier de la classe chouchou de la maîtresse et tête à claques, je dirais. Mais visiblement Harry est plus indulgent que moi.

"Harry est fou" ? Harry est mou, surtout, dans cette BD adaptée du roman jeunesse éponyme de Dick King-Smith. Tout est mollasson dans cet album d'ailleurs, pas seulement les personnages : le trait, les couleurs pâlichonnes, l'ambiance vieillotte so-british sinistre. L'intrigue est longuette et sans surprises : une fois qu'on a compris que le perroquet avait tous les talents et l'intelligence en plus, c'est bon.
L'amitié enfant-animal a inspiré beaucoup de scénarios sympathiques. On se régale notamment lorsque les complices agissent dans le dos des parents comme chez Delphine et Marinette. On ne trouve même pas cette fantaisie dans cette histoire plate et terne qui semble d'un autre âge, ne serait-ce que pour les clichés sur papa/journal et maman/cuisine.

Je ne connais pas le roman original, l'éditeur affirme que "L'humour, les aventures et la fantaisie y sont au rendez-vous." Le talentueux Rabaté aurait oublié le principal dans cette adaptation, alors ? Rappelons qu'il est l'auteur de brillantes BD pour adultes : Les petits ruisseaux, Un ver dans le fruit', Crève-Saucisse, La Marie en plastique... 

< emprunt mdtk >