il est de retour

Er ist wieder da, 2012
traduit de l'allemand par Timur Vermes
Belfond, 7 mai 2014, 406 p.

Lu par Mr 

♥♥♥♥

En 2011, alors que tout le monde le croyait mort depuis plus de soixante-cinq ans, Hitler se réveille dans un terrain vague en Allemagne ! Ceci est tellement incroyable qu’il est pris pour un mythomane, malgré sa ressemblance parfaite avec l’ex-dictateur et son discours à l’unisson des idées développées dans 'Mein Kampf'.

L’auteur s’aventure sur un terrain glissant avec ce roman, d’autant plus que cet Hitler fictif y expose sans détours son idéologie. Le décalage entre le sérieux qu’il affiche et la farce que tous les autres voient en lui crée un effet comique permanent. Ainsi, quand certains lui conseillent de ne pas plaisanter à propos des juifs, le personnage d’Hitler répond que pour lui « les juifs ne sont pas un sujet de plaisanterie ». On comprend facilement pourquoi cet homme devient rapidement sujet à controverse dans cette Allemagne contemporaine.

Le ton du livre est surtout celui de la moquerie : à l’égard d’Hitler (y compris de son talent militaire supposé), de la presse (Bild Zeitung et sa manière de faire de 'l’information'), de l’hypocrisie du NPD, le nouveau parti d’extrême droite. Certains lecteurs trouveront que la légèreté du propos est déplacée. Je comprends cette perception, même si je ne la partage pas.
Cet ouvrage ne vise pas à banaliser l’idéologie nazie ni à en faire l’apologie (à la différence d’un ex-humoriste français). A travers son personnage et les réactions qu’il suscite, ce roman amène le lecteur à s’interroger sur les limites au droit d’expression. Peut-on rire de tout ? Le fait que l’auteur prétende faire rire au sujet d’Hitler et de son action n’implique d’ailleurs pas nécessairement que sa réponse soit positive.

J’ai apprécié ce livre original, même si le dernier tiers m'a semblé répétitif.

Merci à Athomedia et aux éditions Belfond.