nathalie8

Casterman, juin 2004, 48 p.

♥♥♥♥♥

Toujours en mal d'exotisme, la petite Nathalie a trouvé un moyen pour voyager : écouter des musiques d'ailleurs et même en jouer, au petit bonheur, en soufflant fort dans une flûte de pan, par exemple. Gare aux orei-ei-ei-eilleux ! Son entourage est à cran : le voisin franchouillard voit (bleu-blanc) rouge, le père sature aussi, et la mère, épuisée par sa petite tornade, traîne la savate et s'anesthésie sur ordonnance.

Je lis ce huitième tome juste après le deuxième que j'ai lu en premier.☺
On fait ce qu'on peut quand on emprunte ses livres à la bibliothèque, même si les albums de cette série plus toute jeune ne bougent guère de leur bac. L'ordre de lecture importe peu, d'ailleurs, les protagonistes ne grandissent pas.
Je découvre avec bonheur un oncle rigolo, chômeur glando censé garder Nathalie et son petit frère en attendant de retrouver du boulot. Chouette tonton immature qui apporte fantaisie et exotisme dans une maison tristounette pour Nathalie.

Toujours autant d'humour, simple et accessible dès huit ans, sans être naïf. Situations amusantes, notamment les intrusions brutales du réel dans les rêveries de Nathalie, inventions géniales et catastrophiques d'une petite gamine vive, drôle et craquante, et allusions subtiles à des sujets moins légers (chômage, dépression, racisme...), que les enfants percevront plus ou moins, mais la lecture au premier degré est déjà un plaisir.

< emprunt mdtk >