où le regard1tome 1, Dargaud
janvier 2004, 94 p.

♥♥♥♥♥

On dirait le sud, et en effet, Barellito est un petit village au sud de l'Italie. Une famille londonienne vient s'y installer. La femme est originaire de la région, le mari, anglais, est un bonhomme sympathique, plein d'enthousiasme et confiant quant à sa future affaire de pêche en haute mer. Mais gare, les locaux n'aiment pas les étrangers, surtout s'ils leur enlèvent le poisson de la bouche.

Histoire intéressante et émouvante d'une intégration difficile - voire impossible ? et de quatre enfants persuadés d'être liés à la vie à la mort parce qu'ils sont nés (presque) à la même heure y a 10 ans.

Là où les choses se gâtent pour moi, c'est quand le fantastique s'invite à la fête. Les quatre loupiots ont de drôles d'hallus autour d'un objet magique. Ce phénomène pourrait s'expliquer par les substances qui s'échappent du calumet que fait circuler Lisa, la meneuse du groupe. 
Alors je continue l'aventure, j'attaque le second tome pleine d'espoir, espérant comprendre certains passages obscurs (les séquences oniriques, notamment). Et me disant que ces gamins vont grandir, se frotter à la vie, la vraie, et abandonner leurs délires mystiques.

Je spoile sur le second tome, mais : Hélas, non...

_____________________ _______

où le regard2tome 2, Dargaud
septembre 2004, 94 p.

♥♥♥♥

Vingt années ont passé, les quatre z'amis se sont perdus de vue. Lisa appelle les trois garçons de la bande, elle ne va pas bien, elle a besoin d'eux. Les voilà de nouveau réunis et heureux de l'être. Cap sur la jungle costaricaine, sur les traces de celui qui a su gagner le cœur de Lisa, le veinard ! Un « abruti » assurément, parti se "ruer vers l'or". Il faut vraiment être de bons copains pour aller le chercher, celui-là, alors que vous consoleriez bien Lisa vous-mêmes, hein les gars ? Ou alors, vous espérez que Lisa saura vous remercier d'un tel dévouement...

On retrouve l'ambiance "amitié-fraternité" du premier épisode. Mais l'aspect fantastique, alors assez discret, a ici la vedette. Talisman, visions - et sans calumet, cette fois - et réincarnation, avec 'aventure' et eau de rose (eau amère et rose à épines, quand même) en prime.
Non vraiment, je n'entre pas dans la ronde enthousiaste. Même si je trouve le graphisme parfait, ce genre d'album m'agace. Le second degré, les allégories, les messages, la poésie ou je ne sais quoi dans tout ça, je ne sais pas les voir.

< emprunt mdtk >