l'enfant des marges

Albin Michel, 20 août 2014, 231 p.

Lu par Mr

♥♥♥♥

Depuis la mort accidentelle de son fils quelques années plus tôt, Ioan vit dans les Cévennes, retiré de son ancienne vie et loin de sa famille. Il a abandonné la photographie et son métier de reporter. Les travaux manuels auxquels il consacre désormais du temps l’aident à chasser ses idées noires. Lorsqu’il apprend que son petit-fils a disparu à Barcelone, Ioan n’hésite pas à partir sur les traces de ce garçon qu'il n’a pas vu depuis des années, mais aussi sur celles d’un passé trouble qui a marqué son enfance et sa vie. Le vieil homme, refermé sur lui-même depuis longtemps, devra réapprendre à communiquer avec les autres. Cette quête sera l'occasion de faire de belles rencontres. 

Les descriptions sont très imagées, et le récit est riche en métaphores. L’écriture restitue très bien l’ambiance particulière de Barcelone avec ses lieux les plus célèbres et certaines catégories de sa population (marginaux, militants divers…). Des cicatrices de la Guerre civile espagnole sont aussi évoquées. 
Plus que l’histoire elle-même, c’est l’excellente adéquation entre ce style d’écriture et le propos de l’auteur que j’ai appréciée. 

De Franck Pavloff, j’avais aimé Matin brun, texte de dix pages. Le talent de l'auteur y est évident, mais la brièveté du texte ne permet pas de savoir si on l'apprécierait dans un autre style d'écrit. Ce roman confirme que si.

Merci à Claire et aux éditions Albin Michel.