le grand joseph

Editions Thierry Magnier, février 2010, 110 p.

♥♥♥♥

Ce "grand Joseph", c'est un grand-père, celui de la narratrice, et sans doute un peu celui de l'auteure, d'origine libanaise et émigrée en France en 1976, elle aussi. Il est grand par la taille, par son courage, sa force et sa volonté, par son calme et sa sagesse. Joumana, du haut de ses neuf ans, l'aime, le respecte, l'admire. Ce monsieur paraît d'autant plus grand et vénérable que sa femme est toujours en mouvement et en colère, franchement pénible pour l'entourage malgré sa bonté et sa générosité.
En 1975, la guerre éclate au Liban, Joumana a treize ans lorsque ses parents décident d'aller vivre en France.

La plupart des romans de Kochka sont inspirés de sa vie (l'autisme, le Liban, l'exil). Elle est douée pour parler de ce qu'elle connaît bien, elle exprime intensément ses émotions et ses "cris qui viennent de l'intérieur", tout en gardant un recul qui donne une portée universelle à ses propos.
On retrouve ici des thèmes qui lui sont chers : la sagesse des anciens, l'importance des différentes cultures - ne pas perdre les traditions familiales pour garder son identité, tout en s'ouvrant à d'autres cultures. On retrouve également dans ses romans l'importance des animaux domestiques pour les enfants, précieux compagnons dont la sensibilité et la réceptivité sont souvent supérieures à celles des adultes, plus 'physiques' en tout cas.
Dans cet ouvrage, Kochka évoque également la façon dont sont élevées les filles au Liban, destinées à devenir épouses (dociles) et mères. Il est question aussi d'exil, de la difficulté de s'intégrer dans un nouveau pays et d'être partagé entre deux cultures avant de parvenir à concilier les deux, a fortiori lorsqu'on quitte son pays à l'adolescence, période où l'on est aussi entre deux âges et où il est si difficile de s'affirmer, de se trouver, entre mimétisme et indépendance.

Joli roman. Mais, comme la plupart des textes pour adolescents de l'auteur, je pense qu'il séduit davantage les adultes que le public auquel il est destiné. 

Horloge 19/09 - emprunt mdtk