l'oeil du prince

J'ai Lu, septembre 2014, xx p.

♥♥♥♥♥

Roman à six voix.
• Journal de Mélodie, pas mélodieux : la demoiselle peut faire grincer des dents, pauvre petite fille riche de dix-sept ans, arrogante et geignarde, tellement cultivée et intelligente qui ne mérite pas des parents si bêtes. Parents idiots, futiles, mais fortunés et ça c'est pas si mal, ça ouvre des portes.
• Parcours d'un homme en deuil, Yann. Fuite et voyage pour tenir debout, rencontre avec un 'sage'.
• Correspondance de guerre entre Anne et un jeune résistant. Echanges épistolaires entre inconnus, rencontre formidable, le grand amour est au bout du bout - tiens j'ai déjà lu ça plein de fois récemment.
•• Anna et Benoît, un couple en crise, monsieur artiste égocentrique, madame délaissée qui prend un amant. Quelqu'un de bien, lui : « Un homme t'aime et voilà : il croit que tu as des millions de qualités même si tu n'en as aucune ! Et ça donne des ailes de se sentir belle dans le regard de quelqu'un ! ». Il faut dire qu'à la différence du mari, il voit plus ses f3sses que sa face 'harpie'.
• Une vieille femme qui pense à tous ceux-là. Parce que tous ceux-là sont de la même famille, et leurs destins se croisent en de drôles de sacs de noeuds.

Tout m'a semblé déjà vu dans ce roman : la forme (polyphonie), le type de narration (journal intime, lettres...), le style (qui ressemble à tant d'autres, surfait, faussement poétique), le fil rouge (la musique), les thèmes (le deuil, l'adolescence, le couple), les destinées des personnages avec l'inévitable secret de famille. Même l'idée du titre, un terme de théâtre*, semble emprunté à d'autres ouvrages récents.
A mes yeux (ni de prince ni de princesse, et sans doute trop sévères ici) : un roman facile, sans originalité, qui reprend toutes les recettes du 'bankable', plein de poncifs, de clichés, de rebondissements prévisibles et de coïncidences ridicules, et parsemé de citations galvaudées d'auteurs célèbres.

De cette auteur, j'ai beaucoup apprécié La vie d'une autre, un peu moins La Grand-Mère de Jade, j'avais abandonné La Nonne et le Brigand.

* « oeil du Prince : angle de vue permettant de visualiser la perspective du décor sans déformation, place d'où l'on voit le mieux le spectacle » 

Horloge 12 au 15 septembre

Merci à Silvana et aux éditions J'ai Lu.