le don paisible

traduit du russe par Antoine Vitez
Club de la femme, 1966, 254 p.

Lu par Mr :

♥♥♥♥

Cholokov décrit la vie quotidienne dans des villages situés près de l’embouchure du Don au début du XXe siècle. Grigori Melekhov, fils de paysan, est l’un des personnages principaux du roman. L’attirance du jeune homme pour sa belle voisine Aksinia pose problème parce qu’il ne s’en cache pas et que la jeune femme est déjà mariée. 
J’ai été un peu déçu en refermant l’ouvrage, qui me paraissait inachevé. En rédigeant ce billet, j’en ai trouvé l’explication : il s’agit du premier tome d’une série en comportant quatre.

L’intérêt principal de l’ouvrage est pour moi historique. Dans ce premier volet, l’auteur décrit en effet le mode de vie des cosaques du Don et leur place particulière dans l’Empire russe. Ce livre m’a parfois fait penser à 'La Terre' d’Emile Zola, par la place accordée aux rapports entre certains personnages, et par la tension dramatique qui y règne.
Il me semble que la suite de l’histoire pourrait aussi être intéressante puisque la révolution de 1917 et la guerre se profilent.

Pour le Don paisible, Cholokov a reçu le prix Staline en 1941 et le prix Lénine en 1960, puis pour l’ensemble de son œuvre le prix Nobel de littérature en 1965. En lisant ce premier tome, je n’ai pas trop ressenti les orientations politiques de l’auteur (qui fut membre du PCUS).