l'écrivain national

Flammarion, août 2014, 389 p.

Lu par Mr

♥♥♥♥

Le narrateur, Serge, est écrivain. Il est invité pendant un mois dans une petite ville de province pour présenter ses livres et son travail d'auteur, discuter avec des libraires, des bibliothécaires et des lecteurs, animer des ateliers d’écriture et rédiger un feuilleton dans la presse locale. Pour le maire, cette visite d’un « écrivain national » est une aubaine : l’occasion de faire de la publicité pour sa commune et pour son projet industriel. L’écrivain, quant à lui, semble résigné à se mettre au vert et à trouver des sources d’inspiration dans ce petit coin perdu.
Un fait divers local récent bouleverse le programme : un vieux marginal a disparu. Un suspect est arrêté mais faute de cadavre les spéculations vont bon train, d’autant plus que le vieillard était propriétaire d’un terrain prévu pour l’implantation de l’usine. La présence de l’écrivain ne risque-t-elle pas de perturber ce microcosme ? Les relations de Serge avec la plupart des habitants semblent en tout cas très vite affectées par sa curiosité... 

L’écriture de Joncour est agréable. Ce Serge (en partie ?) fictif est sympathique mais parfois agaçant, à cause de sa naïveté et de son côté loser. J’ai beaucoup aimé la plupart des dialogues, qui expriment bien les personnalités de chacun et qui sont souvent empreints d’humour. C’est particulièrement le cas pour la discussion entre Serge et un gendarme, la confrontation de leurs logiques respectives étant plutôt comique (sur le schéma de l’hilarant interrogatoire subi par Wilt dans le Wilt 1 de Tom Sharpe). Le ton m'a également rappelé celui de JB Pouy.

Dommage que ce roman comporte tant de longueurs autour des états d’âmes et réflexions du narrateur, qui, malgré la pertinence des propos, cassent un peu le rythme de la lecture.

L'avis très enthousiaste de Canel.