fleur de tonnerre

Julliard, mars 2013, 288 p.

♥♥♥♥♥

Arsenic et vieille dentelle de coiffe bretonne...
Oui, les serial killeuses, ça existe, même en Bretagne, même au XIXe siècle, Hélène Jegado en est la preuve.
Elle a sillonné le Morbihan, s'est aventurée plus au nord puis est revenue chez elle et a fini son parcours à Rennes. Employée comme cuisinière, elle préparait des soupes aux herbes et des petits gâteaux à l'arsenic, l'infortuné mangeur mourait empoisonné. Ce schéma s'est répété vingt, trente fois peut-être ? Soixante fois sous la plume de Jean Teulé qui nous ressert le plat jusqu'à plus faim, indigestion totale. Où est passée sa verve habituelle ? Que c'est long et monotone !
Teulé réveille de loin en loin le lecteur avec des onomatopées et des jurons, balance quelques scènes crues, et heureusement, émaille son récit d'anecdotes sur la Bretagne de ce milieu de XIXe siècle - Bretagne où les cultes païens côtoyaient les rituels chrétiens, où l'Ankou terrorisait petits et grands.

Cette lecture m'a barbée mais a éveillé ma curiosité sur cette empoisonneuse célèbre que je ne connaissais pas. J'ai appris en quelques clics comment/pourquoi Hélène Jegado a pu sévir si longtemps, seulement accusée de porter malheur et non de tuer.

Horloge 29 & 30/12

logo TP canel2