la place des morts

Le Livre de Poche, décembre 2014, 384 p.

♥♥♥♥♥

Cinq ans après les traumatismes subis à la Rigole du Diable, Catherine traverse une période de déprime. Elle se met au vert dans la résidence provençale de son patron, mais le séjour sera plus court que prévu. Un homme surgit en pleine nuit dans le salon, il prétend être le demi-frère de Catherine et avoir besoin de ses talents d'avocate : il est accusé de meurtre.

Rien ne change mais tout change dans cette suite - qui n'est pas clairement annoncée comme une suite, d'ailleurs. Catherine reste la même, impitoyable avec les autres et aussi dure avec elle-même, esseulée et triste, au coeur d'artichaut et à la cuisse légère. Elle a le chic pour se fourrer dans le pétrin en mêlant l'intime et le professionnel, tombant raide dingue de bad boys liés à ses affaires en cours.
Catherine ne change pas, mais l'auteur, si. Contrairement aux deux autres polars que j'ai lus de Sylvie Granotier, celui-ci m'a paru girly, bancal, cousu de fil blanc. Les affaires juridiques sont reléguées au second plan au profit des aventures amoureuses et des états d'âme de l'avocate, les situations invraisemblables et les rebondissements rocambolesques abondent. On peut s'étonner par exemple que la jeune femme ne soit pas curieuse de savoir si ce demi-frère en est bien un.

Un polar qu'on peut ne pas lire, comme dirait le Canard, parce qu'il donne une mauvaise image de l'oeuvre de l'auteur, me semble-t-il. Je ne m'avoue pas vaincue, je reste persuadée que Sylvie Granotier a beaucoup de talent dans le registre du "polar juridique à la française".

Horloge 28 & 29/12

logo TP canel2