les jolis pieds

Dargaud, Poisson Pilote, 2003, 46 p.

♥♥♥♥♥

Jérémie, "génie du pixel", bosse chez un concepteur de jeux vidéos. Devant ses yeux au bureau : la troublante Florence. Ah, Florence et ses pieds nus... et aussi ses fesses et ses seins. Vêtus, ceux-là, mais qu'il imagine dénudés, en s'aidant d'images sur le net sur son poste de travail. Cela lui vaut quelques coups de chaud avec passages aux toilettes indispensables pour se recentrer sur son boulot. Et une convoc dans le bureau du chef.
Voilà, le ton est donné : histoire pas très élégante d'un grand timide obsédé qui a la lose avec les filles, y compris avec celles qui sont gentilles et entreprenantes. L'intrigue est plutôt drôle, à mi-chemin entre un grand gag et un conte des 1 001 nuits, avec malédiction, désenvoûtement et chute amusante avec petite leçon de galanterie en clin d'oeil.

L'auteur avait vingt-cinq ans lorsqu'il a écrit cet album, il a certainement mis un peu de lui-même dans ce personnage qui ressemble au grand Duduche de Cabu. Comme l'auteur, Jérémie est d'origine franco-syrienne, ses copains essaient de percer dans la BD, galèrent... On retrouve l'humour et le sens de l'auto-dérision présents dans son 'Manuel du puceau', que j'avais préféré.
Depuis, Riad Sattouf a fait du chemin, sa BD 'L'arabe du futur' semble cartonner. On imagine qu'il a perdu de sa timidité et de sa maladresse dans plusieurs domaines...

Horloge  27/02 - emprunt mdtk