les promeneurs

Rue de Sèvres, 19 mars 2015, 72 p.

♥♥♥♥♥

Vous pourriez trouver un inconnu dans votre lit en vous réveillant le matin sans hurler à vous bousiller les cordes vocales, vous ? Moi non, même s'il a une bonne tête et un pyjama mignon de petit garçon. Linh, elle, y parvient très bien. Disons qu'elle commence à s'y habituer. Ça ne lui est pas vraiment égal, elle proteste un peu pour la forme, mais surtout elle ne comprend pas comment cet homme entre chez elle nuit après nuit, alors qu'elle ferme soigneusement porte et fenêtres. Lui non plus, d'ailleurs, ne sait pas ce qu'il fiche là. Ah, un indice : ses plantes de pieds sont sales comme s'il avait marché dehors sans chaussures (il A marché dehors sans chaussures).

Pas d'histoire de téléportation, d'amnésie ou de fille biturée à mort qui ramène n'importe qui chez elle et en fait les frais le lendemain, non. Juste une affaire gentillette de somnambulisme avec des personnages mignonnets comme tout, qui semble vaguement inspirée de l'excellent 'Amorostasia'. Tout cela (tellement peu, en fait) sur soixante-dix pages interminables et répétitives enrobées de sirop.

Du Zidrou vide et mièvre comme je n'aime pas, malgré quelques traits d'humour et de "poésie". On est loin du Beau voyage et de Pendant que le roi de Prusse..., par exemple.
Par contre, le graphisme m'a beaucoup plu, les visages sont sympathiques, et je suis bon public avec les pyjamas en pilou et les variantes de bleu nuit.

agenda 18 mai - 20 min. - ECL

- challenge rentrée hiver 2015 avec Laure Valérie itinérante, chez MicMélo 

challenge rentrée hiver 2015