nous rêvions

Flammarion, 1e avril 2015, 423 p.

-

Pas drôle, la vie de famille chez Hugo Felida. Depuis le décès accidentel de la petite soeur, maman déprime sévère et boit, et papa - qui rentre harassé du boulot - s'énerve vite sur son grand dadais de seize ans, jamais avare de conneries à l'école. C'est comme ça que Hugo se retrouve inscrit au lycée privé de la ville, parmi des petits bourges. Ouf, il se fait vite adopter par la bande à Freddy, trois autres lascars dont les conditions de vie sont aussi difficiles que les siennes, pour des raisons diverses.

Le ton de ce Hugo rappelle celui du Momo de Gary/Ajar - même genre de gamin marrant, vif et généreux, donc tout de suite sympa pour le lecteur. La joyeuse bande fait aussi penser au petit Nicolas et à ses meilleurs potes. Imaginez-les à 16-17 ans, dans des familles précarisées par différentes tuiles (deuil, pauvreté, conditions de travail...), avec l'envie démesurée d'échapper à toute cette merde et prêts à en découdre avec le premier abruti qui se dressera sur leur route - on pense même au Bouillon en la personne de Da Silva, le surgé...

Bref, on se marre à peu près autant qu'avec Sempé & Goscinny, avec amitié entre garçons à la clef, mais l'univers est plus viril et beaucoup plus sombre, bien sûr : motos, road-trip, violentes bastons, alcool et autres substances psychotropes, combines louches pour avoir le minimum de thune pour survivre et mettre du carburant dans les bécanes... L'ambiance est parfois tendue et le rire du lecteur s'éteint souvent brusquement pour faire place à l'émotion, aux larmes, à la colère, à la peur. L'intrigue est surchargée en bikers et en bourrineries masculines - vraiment pas mon truc - mais j'acceptais le deal en commençant le bouquin, la couv et la présentation sont suffisamment éloquentes sur le contenu. On m'avait promis, de Colombie (coucou Lolo ;-)) : "Tu ne grinceras plus des oreilles de la même façon en entendant une moto après avoir lu ce NRJDL - énergie des ailes". En effet ! Malgré quelques réticences, j'ai trouvé ce livre d'une puissance rare ♥. Le ton du narrateur et les dialogues sont jubilatoires. On parcourt des milliers de kilomètres pleins de poussière, de sueur, de crasse, de bruit de moteur, d'amitié avec son lot de coups bas, de coups de gueule et de coups de sang, de liberté, de débrouille, d'embrouilles et de déconne. On accompagne Hugo dans ce parcours initiatique en se demandant, tendu, comment tout ce bordel va finir - ça dérape à plusieurs reprises et le début laisse présager une fin malheureuse.

Un grand merci à ceux qui m'ont encouragée à lire ce livre (dans l'ordre chronologique : Lolokili, Hugo, Magi) et à Gildas qui nous l'a prêté. 

Beaux billets de Lolokili, MarinaGildasSmadj...

agenda 22 au 27 juin