une fleur

Alper Kamu Cehennem Çiçeği, 2013
traduit du turc par Alessandro Pannuti
Mirobole, 18 juin 2015, 252 p.

Lu par Mr

♥♥♥♠♠

Après avoir découvert Alper Kamu dans L'Assassinat d'Hicabi Bey, je le retrouve dans une nouvelle enquête avec "Une fleur en enfer". Même si ces deux intrigues sont indépendantes, il est préférable d’avoir fait connaissance avec le jeune enquêteur dans le premier tome pour pouvoir pleinement apprécier l’originalité du personnage. L’enfant est toujours aussi attachant, étonnamment mûr pour ses cinq ans, et le décalage entre son âge et ses comportements est particulièrement amusant.

Ici Alper met en cause la culpabilité d’un jeune voisin accusé du meurtre de son frère. Il s’interroge aussi sur le passé de son oncle récemment décédé en laissant des photos intrigantes. Ces deux affaires ne semblent a priori pas liées. Elles présentent en tout cas au moins un point commun : plonger Alper et le lecteur dans de sombres histoires de familles. Pendant longtemps, je me suis demandé si les recherches d'Alper permettraient de mettre en évidence des vérités cachées ou s’il s’agissait simplement d’élucubrations d’un enfant imaginatif en manque d’activité intellectuelle. Comme dans le premier tome, l’intrigue en elle-même est assez secondaire, même si elle a contribué à l’intérêt des cinquante dernières pages.

Si vous avez apprécié L’assassinat d’Hicabi Bey, vous devriez aimer aussi ce second tome. Je suis un chouïa moins enthousiaste ici, non pas parce que ce deuxième volet m'a paru moins bon que le premier, mais parce qu'il manquait l'effet de surprise.

Merci à Sophie et aux éditions Mirobole.

logo TP canel2