les nuits

I grunden utan skuld, 2010
traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Albin Michel, 29 avril 2015, 368 p.

♥♥♠♠♠

Une petite île touristique suédoise, en 2006. Lina disparaît après avoir passé la soirée chez une copine. Les parents se font un sang d'encre, la police est sur l'affaire : fugue, suicide, accident, enlèvement, meurtre ?

A partir de ce point de départ rebattu en littérature policière, Viveca Sten nous sert une intrigue très banale, reprenant des ingrédients abondamment utilisés par d'autres auteurs du nord (Kallentoft, Jungstedt, Läckberg, Mankell, Peter May*...) ou d'ailleurs, dans des polars ou d'autres types de romans.
En vrac dans les thématiques abordées : Saint-Jean, mythologie nordique, rituels celtiques, île, disparition de jeune adulte, maltraitance sur femme et enfant, crise conjugale chez des flics et d'autres braves gens. Alternance dans la narration entre deux périodes distantes de plusieurs décennies, chapitres très courts avec cliffhanger.
On a aussi :
- une bécasse qui ne ferme pas ses rideaux (pas de volets en Suède, à cause du gel) alors qu'un assassin rôde, alors évidemment elle voit des ombres et elle flippe
- de vieux carnets avec leur lot de révélations sur des secrets de famille.
Et puis cette question : l'homme terriblement séduisant croisé dans les cinquante premières pages va-t-il finir dans le lit de Nora, ou en taule ? Ou les deux ? Ou ni dans l'un(e) ni dans l'autre ?

Bref, un polar d'été qui semble fabriqué par un Kitch3naid ou autre robot magique dans lequel y a qu'à jeter les ingrédients n'importe comment et tout se fait tout seul. En sortie : un thriller qui s'avale facilement mais déjà ingurgité sous des formes à peine différentes, si vous lisez plus de dix polars par an. Donc au mieux insipide, au pire écoeurant pour les habitués du genre. Mais sûrement distrayant, et peut-être même palpitant pour d'autres lecteurs.

* j'apprécie certains de ces auteurs

Merci aux éditions Albin Michel.

agenda 27 juin au 2 juillet

logo TP canel2