démarque toi

Golias, 1 septembre 2004, 192 p.

♥♥♥♠♠

Le pavé No Logo de l'altermondialiste Naomi Klein dort dans ma PAL depuis quelques années, je me rachète une conscience en lisant d'autres ouvrages sur le même thème qui ont le mérite d'être plus courts - et plus accessibles ? J'assouvis ma curiosité, aussi, car je suis prête à consommer moins, mieux (tant que ça n'empiète pas excessivement sur mon confort : vivre en autarcie en pleine campagne, c'est pas pour moi) donc les bons conseils, je prends.

Comme le titre l'indique, Paul Ariès invite à "se démarquer", à s'affranchir de la pub qui façonne nos manières de penser et nos comportements. Il dresse un portrait sévère de la publicité, vecteur du capitalisme, de la surconsommation, de "l'immondialisation" (sic). Sous couvert d'information et souvent avec humour, la pub nous convainc que l'habit fait le moine et que le bonheur est dans le caddie plein, dans le neuf, dans le meilleur, le "plus tout" (beau, rapide, puissant, miniaturisé, géant...). Et tant pis si on épuise la planète, si 20% de la population consomme 80% de ses ressources.

La pub s'attaque insidieusement aux enfants : un jeune français subit 20 000 spots par an en moyenne, or "les enfants de 7 à 12 ans conditionnent 43% des achats familiaux, ce qui représente mille milliards d'euros". D'ailleurs la pub à l'école est interdite en France (elle arrive à s'immiscer par quelques moyens détournés), mais les exemples des écoles américaines sont effrayants. En voici un parmi d'autres :
"Il existe une profusion de mallettes pédagogiques. Exemple d'un exercice tiré d'un ouvrage de mathématiques utilisé dans de nombreux états américains pour les élèves de CE2 : Will fait des économies pour s'acheter une paire de Nike à 68.25 dollars. Si Will gagne 3.25 dollars par semaine, pendant combien de semaines devra-t-il économiser ?" 
Coca, Kellogs, Campbell, McDo, Pizza Hut ne sont pas en reste. Ça fait peur...

Mais revenons à l'ouvrage. Il ne m'a pas appris grand chose, et j'en retiendrai surtout ces exemples d'invasion de la pub dans les écoles.
Le petit essai Bon pour la casse, Essai sur l'obsolescence programmée (Serge Latouche) m'a semblé plus complet, mieux articulé, et on a un bon aperçu de la problématique "capitalisme-surconsommation-pub-gaspillage" si on lit en complément Je consomme donc je suis ? (Benoît Heilbrunn, album jeunesse).
Je reprocherai à Paul Ariès d'asséner des constats sans argumenter suffisamment, on y perd en compréhension, et l'auteur peut paraître excessif, réac et donc peu crédible si on ne partage pas d'emblée son point de vue. Ce manuel est un condensé de "Putain de ta marque", du même auteur, ceci explique peut-être cela. 

agenda 4 & 5 août