wally doyle

Editions Clair de Lune, Espiègle, 18 mai 2012, 160 p.

♥♥♥♥

Le père de Wally a disparu quand le petit garçon avait six ans, sa mère l'a abandonné pour se remarier et l'a confié à ses grands-parents. Ceux-ci sont gentils avec lui, Wally participe aux menus travaux de la ferme, mais cette vie manque un peu de fun pour un enfant de dix ans. Une belle rencontre avec une renarde va pimenter cette existence bien morne. Les nuits de Wally deviennent riches en aventures, il a quelques adversaires à affronter et des épreuves à surmonter pour grandir et sortir des ténèbres de cette vie d'enfant abandonné. Sa nouvelle amie l'aide mais, victime de sa mauvaise réputation de voleuse de poules, elle ajoute bien malgré elle des difficultés à leurs péripéties.

Cet album est à la fois un conte cruel et une belle histoire d'amitié et d'aventure mâtinée de fantastique.
Pas de temps morts, des aventures trépidantes sur plus de 150 pages, une intrigue avec des gentils et des méchants mais suffisamment complexe pour faire réfléchir et perturber, tout en restant très accessible aux enfants dès huit-neuf ans. Beaucoup d'humour aussi, notamment dans les dessins (bosses roses et yeux en croix à gogo suite aux bastons). Le graphisme rappelle un peu celui de Joan Sfar. J'ai apprécié l'alternance des teintes lorsque la vie de Wally change, passant de l'obscurité à la lumière. La version initiale de l'album était en noir & blanc, je ne sais pas comment ce contraste y était rendu.

Merci à Laurence pour cette découverte. Je ne connaissais pas cette facette de Marc Cantin - scénariste de BD - n'ayant lu que quelques uns de ses romans jeunesse.