un bel âge

Masque Poche, 27 mai 2015, 473 p.

♥♥♥♠♠

Qui a le bel âge pour mourir dans cette histoire ? La vieille sorcière ou sa belle-fille, comme dans Blanche-Neige ? La pomme de la couverture se réfère à ce conte et on trouve en effet quelques clins d'oeil au cours du récit. Ici, pas de nains (quoique...) qui partent travailler en sifflotant pendant que la belle fait la bobonne au logis, mais un petit garçon au milieu d'un duel sans merci entre deux femmes. Le lecteur prend vite parti, y a celle qu'a commencé, pis celle qu'a rien fait mais qui va devoir sortir les griffes à son tour si elle ne veut pas céder au chantage d'une folle qui nourrit un caprice complètement dingue.

On tremble, la tension va crescendo, la machine s'emballe, on voit venir certaines menaces avant les protagonistes, on se demande si on va pouvoir continuer la lecture, supporter les maltraitances promises sur l'enfant, le cas échéant...
Ce thriller ressemble beaucoup à Après la fin de la même auteur, avec une maison et un enfant au centre de l'intrigue. Mais je l'ai trouvé moins subtil, plus excessif, moins crédible. 
Ce qui sonne terriblement juste, en revanche - et ceci dans tous les romans que j'ai lus de Barbara Abel - ce sont les réflexions sur l'éducation, les relations mère-enfant, les tourments d'une mère, son sentiment de culpabilité.
Autre point fort à souligner : quand des objets vous pourrissent la vie, comme s'ils étaient ensorcelés (un cadre brisé, une robe tachée et des événements fâcheux qui s'ensuivent).

Stress garanti parce que l'histoire joue avec les cauchemars des mères : qu'on s'en prenne à leur enfant, qu'on le détourne d'elles, qu'on le leur arrache... 

agenda 14 & 15 août

- challenge thrillers & polars chez Sharon (6e) -

challenge thrillers polars sharon