cases blanches

Bamboo, 7 janvier 2015, 96 p.

♥♥♥♠♠

Après le succès aussi phénoménal qu'inattendu de l'album de fantasy 'Le sentier des ombres' dont il est co-auteur, Vincent peine à se remettre au travail pour le deuxième tome. Pas moyen de se lancer, zéro, journées de déprime ponctuées de footings qui sont une des rares occasions pour lui de croiser des êtres vivants... Les lecteurs l'attendent, pourtant, et son éditeur, au bord de la faillite, le tanne.

Encore une histoire de panne d'inspiration d'un artiste, côté dessinateur de BD cette fois. Je suis suffisamment néophyte sur le sujet pour m'interroger : comment un dessinateur peut-il être à ce point incapable de démarrer, alors que le scénario est prêt ? 
L'album m'a fait penser à Davodeau par le graphisme (trait et couleur), mais aussi parce que l'intrigue autour de l'angoisse de la page blanche se double d'une histoire sociale avec des magouilles politiques. Elle est également prétexte, bien sûr, à montrer l'univers de la BD (et celui de l'édition en général) - festivals, prix, concurrence entre artistes, contraintes des éditeurs pour survivre...

Un bon moment de lecture, sans plus - sans surprise.

< emprunt mdtk >

- challenge rentrée hiver 2015 avec Laure Valérie itinérante, chez MicMélo -

challenge rentrée hiver 2015