plus de morts

Rouergue, DoAdo, 4 mars 2015, 252 p. 

♠♠♠♠

Marseille, 17 février. En cette veille de vacances d'hiver, quelques veinards sont coincés chez eux à cause d'une grippe ou d'une gastro. Veinards, oui, parce que, quoi qu'ils endurent, leur sort est plus doux que celui de leurs six-cents et quelques camarades qui vont tomber comme des mouches dans l'enceinte du collège Rosa Parks, succombant à un virus fulgurant... 

Mais que suis-je allée faire dans cet enfer où la mort frappe à vitesse grand V, où des collégiens, leurs profs et les sauveteurs meurent en quelques secondes, vomissant, bavant, explosant, baignant dans leur sang, dans leurs tripes, dans une bouillasse noire pleine de grumeaux ? 
C'est le nom de l'auteur qui m'a attirée, j'ai apprécié tous ses ouvrages (romans pour enfants, adolescents et adultes, adaptations en BD). La couverture aurait dû m'alerter sur l'ambiance apocalyptique. Pas pour moi, je ne vois rien au-delà de ces descriptions gore, zombiesques, de film d'horreur de série Z, sur 250 pages interminables : « ... des gorges écumantes. Des tempes enflées et des poignets boursouflés. Des geysers écarlates jaillissant des carotides. Ecoulements-éclatements-écrasements. Plaies en forme de scolopendres et constellations d'hématomes. Oreilles écorchées, ongles arrachées, os ébréchés. » (p. 123-124)

Je n'ai pas été capable de trouver de "message" à la lecture, les billets enthousiastes des autres lecteurs m'ouvrent les yeux, mais ne me réconcilient pas avec ce genre d'ouvrage. Au contraire, je vois que j'y suis complètement hermétique, incapable de prendre du recul.

agenda 21 & 22 nov. - emprunt mdtk

- challenge rentrée hiver 2015 avec Laure Valérie, chez MicMélo -

 challenge rentrée hiver 2015