un homme effacé

Gallimard, 2013
Folio, octobre 2014, 263 p.

♥♥♥♥

Damien North est prof de philo en université. L'informatique, c'est vraiment pas son truc, et quand il demande à ses collègues spécialistes de le dépanner, il a l'impression qu'on se moque de lui et qu'on le prend pour une buse. 
Coup de massue quand sa dernière "panne" s'avère être un blocage de son compte : il aurait téléchargé des centaines d'images à caractère pédopornographique. En plus, ce salaud a chez lui une photo de sa jeune nièce en maillot de bain.
Alors innocent ? Coupable mais en plein déni ? Le lecteur est dans le flou. North est un homme discret, « effacé », froid, vivant seul depuis le décès de son épouse survenu douze années plus tôt. Tout pour charger la barque : « Dans une société aussi ouverte et tolérante, le retrait, l'indépendance, toute tentative de préservation d'une forme de quant-à-soi étaient frappés de suspicion. »

Roman aussi dérangeant qu'intéressant. On est d'emblée mis mal à l'aise par les patronymes de certains protagonistes qui éveillent certaines images, par la sensation que l'histoire se passe dans un futur proche, et bien sûr par la situation cauchemardesque dans laquelle se retrouve cet homme. 
Je me suis laissée porter par le récit, ne cherchant pas à savoir si North était coupable ou non, j'avais envie de croire à son innocence, même s'il m'inspirait plus de pitié que de sympathie. 
A travers cette histoire, l'auteur nous invite à réfléchir sur la rumeur, sur le rôle des médias et des politiques dans ce genre d'affaires, et sur le système judiciaire français en matière de délinquance et criminalité sexuelles. Les pénalistes doivent trouver le bon dosage pour respecter la présomption d'innocence, protéger les citoyens, et éviter que la foule effrayée se substitue à la justice. Pas facile...

agenda 27 & 28 déc.