un été 58

Seuil Jeunesse, avril 1995, 119 p.

♥♥

En cet été 1958, Pierre a treize ans. La vie est paisible dans son petit village franc-comtois, et particulièrement chez lui. Ses journées sont ponctuées de révisions imposées par son instituteur de père, et ses sorties sont limitées. L'arrivée de Justin, hébergé dans une famille d'accueil, va perturber tout ce petit monde. Du haut de ses quatorze ans, le gamin ne manque pas d'aplomb. Il multiplie les conneries, les gendarmes sont souvent appelés. Il fait tourner le curé en bourrique - gentiment mais sûrement -, mais il arrive toujours à s'en sortir en amadouant les adultes, malgré leur méfiance. Il entraîne dans ses frasques les garçons un peu plus jeunes, qui, comme Pierre, sont fascinés par son audace.

L'écriture soignée et classique de Jean-Paul Nozière nous immerge parfaitement dans l'ambiance d'une époque, d'un village, de la torpeur estivale. La tension monte peu à peu, on a l'impression qu'un drame va arriver, et en attendant, l'auteur nous englue dans le malaise en laissant entrevoir un tas de mystères autour de Justin, adolescent aussi attachant qu'inquiétant : qui est-il ? d'où vient-il ? quels sont ses rapports avec le couple qui l'héberge ? que va-t-il devenir ?
Je suis restée sur ma faim car je n'ai pas de réponses. C'est d'autant plus décevant que j'ai trouvé ce roman excellent tout au long de ma lecture.

agenda 4 déc. - emprunt mdtk