bouche cousue

MMC

Scripto, 14 janvier 2016, 99 p.

♥♥♥♥

Dans la famille d'Amandana, on est propre, des chaussettes à l'âme. Entre les deux, il y a le coeur et le sexe qui palpitent, les mains qui (se) caressent, mais ça, c'est tabou. Bouche cousue.
D'ailleurs, la maman tient un Lavomatique : « C'était ça, les machines. Ça annulait toutes les odeurs, ces traces qu'on porte sur soi de ce qu'on a mangé, de ce qu'on a fumé, de ce qu'on a rêvé. De ceux qui nous ont touchés. Le linge se refaisait une virginité dans le tambour des machines à laver, il ressortait comme neuf et ma mère, dans la salle d'à côté, l'engourdissait de vapeur, l'aplatissait, le pliait, et c'est comme si personne ne l'avait jamais touché. Ma mère faisait taire tous les corps qui s'étaient trouvés sous le linge qu'elle repassait. »

Mains propres et tête haute, le corps n'existe pas : on ne parle pas des règles, encore moins de sexualité, on n'embrasse pas des personnes de son sexe. Les ébats sont tolérés dans certains cadres bien définis (la procréation dans les liens sacrés du mariage), et quand quelqu'un est sorti du rang, on lave son linge sale en famille, on attend que tout le monde soit là, la gifle part en public, honte au pécheur.


Le début du roman est très fort, triste à pleurer. La sanction arrive, brutale, on a à peine eu le temps de se demander pourquoi. Lorsque la narratrice évoque sa propre adolescence, c'est un peu moins abrupt, on voit ses difficultés arriver progressivement, mais le récit est tout aussi bouleversant. Bien sûr, à la lecture, on s'interroge sur les réactions parentales (l'éducation stricte qu'ils ont eux-mêmes reçue ?), et sur les moyens d'accélérer « l'évolution des mentalités », comme on dit. 
Montrer les dégâts de l'homophobie est un premier pas.

A faire lire aux adolescents de notre entourage, pour l'évocation réaliste du collège/lycée et de la famille - univers parfois sans pitié. 
Et aussi parce que parmi eux, il y en a forcément qui s'interrogent sur leurs préférences sexuelles, et d'autres (qui peuvent être les mêmes) qui se gaussent de leurs camarades et des adultes supposés « en être ».

agenda 31/03 & 01/04

  lu et aimé de cette auteur : Prunelle de mes yeux.

- challenge rentrée littéraire janvier 2016 avec Laure (MicMélo) -
challenge RL 01