pères fils

bilbao

Padres, Hijos y Primates - 2011
traduit de l'espagnol par Marc Fernandez
Editions Mirobole, 14 avril 2016, 217 p.

♥♥♥♠♠

Joanes est venu au Mexique avec sa femme et leur fille adolescente, pour célébrer le mariage bling-bling de son beau-père avec une jeunette. Alors qu'il doit signer un contrat important pour la survie de sa petite entreprise au bord de la faillite, Joanes est coincé sur la côte du Yucatán à cause d'une tempête. C'est la panique, il faut se replier vers des coins plus sûrs. Dans sa fuite, il croise un chimpanzé et un de ses anciens professeurs. 
Le cauchemar peut commencer... Comment ? Eh bien voilà la question que je me suis longtemps posée en lisant ce roman noir qui peine à décoller. J'ai attendu en vain d'être harponnée. Les dialogues sonnent faux, j'ai eu du mal à cerner ces personnages sans consistance, et plus encore à ressentir quoi que ce soit pour eux. 
L'intrigue part dans différentes directions et pourtant, il ne s'y passe pas grand chose. Certaines questions soulevées sont à peine résolues.

Un drôle de thriller psychologique tout mou qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire dans ce registre à ce jour. 
Mirobole est une jeune maison d'édition qui publie des auteurs étrangers inconnus en France, au style souvent original. J'ai eu plusieurs bonnes surprises. Cette déception ne me décourage pas : je poursuis ma découverte de sa collection 'Horizons Noirs' avec Psychiko de l'auteur grec Paul Nirvanas...

Merci à Lucile et aux éditions Mirobole, dont j'admire toujours la diversité des styles, et les couvertures.

agenda 10 au 12 mai