tout ce qu'on ne s'est

celeste ngEverything I never told you, 2014
traduit de l'américain par Fabrice Pointeau

Sonatine, 3 mars 2016, 288 p.

♥♥♥♥

Lydia a disparu le 3 mai 1977, elle venait de fêter ses seize ans.
Lorsqu'on retrouve son corps sans vie dans le lac voisin, la question se pose : accident, meurtre, ou suicide ?
Les enquêteurs et les proches s'interrogent sur le passé récent de la jeune fille, mais aussi sur l'histoire familiale et celle du couple parental en particulier.
Lydia était-elle l'adolescente sans histoire, sans problèmes, sérieuse et bosseuse, que voyaient papa et maman ?
Son frère aîné et sa jeune soeur semblent plus clairvoyants sur sa personnalité et les difficultés qu'elle a pu rencontrer ces derniers temps.

Cet ouvrage est-il un thriller, un roman à suspense ? Qu'importe. Ce premier roman d'une jeune auteur américaine est de nouveau un très bon choix des éditions Sonatine.
J'ai lu rapidement ce terrible récit, la gorge de plus en plus serrée.
On découvre peu à peu ce qui se passait entre les murs de ce foyer. Rien d'inavouable, de glauque, ces parents sont aimants, persuadés d'agir au mieux, n'empêche que...
Encore une histoire de différence(s), de souffrances induites par le rejet - souffrances qu'une vie ne suffira pas à effacer, ni même plusieurs. *** spoil * Humiliations et frustrations que l'on voudrait épargner à ses enfants, on sait comment faire, il suffit qu'ils ne soient pas comme nous, qu'ils fassent exactement l'inverse... Si c'était aussi simple... ***

L'écriture de l'auteur est parfaite, j'aime beaucoup ses allégories (l'eau, l'astronomie...).
Deux légers bémols : les prénoms sont trop ressemblants (tous comportent des 'a', ce qui fonctionne mal avec ma façon de mémoriser), et je trouve le titre (exacte traduction de la version originale) niais et trompeur. J'aurais plutôt vu une idée d'écrasement, comme l'exprime si bien cette phrase du roman : « Un livre ou une robe n'étaient pas simplement quelque chose à lire ou à porter ; [...] l'attention était accompagnée d'attentes qui - comme la neige - s'abattaient et s'accumulaient et vous broyaient sous leur poids. »

agenda 18 & 19 juin - emprunt mdtk