wild

cherylWild, 2012
traduit de l'américain par Anne Guitton
Flammarion, 2013, 500 p.

lu par Mr

♥♥♥♥

Le décès de la mère de Cheryl plonge cette jeune étudiante dans une profonde dépression. Elle a l’impression d’avoir raté sa vie ou d’être en train de passer à côté.
Tromper Paul, son mari auquel elle est pourtant encore attachée, devient pour elle un moyen de chasser le sentiment de vide existentiel qui l’a envahie.
Un divorce vient clarifier les choses entre Paul et Cheryl, sans toutefois résoudre les difficultés de la jeune femme.
Elle se lance alors un défi : accomplir seule le trajet du PCT. Le Pacific Crest Trail est un chemin de randonnée pédestre d’environ 4 200 kilomètres reliant la frontière du Mexique à celle du Canada via les hauteurs de chaînes montagneuses à l’Ouest des Etats Unis (Sierra Nevada…).
La principale difficulté du périple de l’auteur réside dans la nécessité de transporter de quoi être autonome durant plusieurs jours - l’eau, la nourriture et les vêtements alourdissent le sac.

pctCe récit n’est pas seulement un carnet de voyage. L’auteur nous explique aussi, souvent de manière très émouvante, ce qui l’a conduite à entreprendre ce périple et ce que cette expérience lui a apporté (des souffrances physiques, certes, mais aussi de la confiance en soi, des rencontres merveilleuses, une meilleure compréhension de ce qui est essentiel dans la vie…). Ce livre est donc à la fois un témoignage d’aventures et un récit initiatique, qui mêle les souvenirs et l’instant présent de la randonnée.

J'ai lu cet ouvrage sur le conseil de randonneurs rencontrés récemment sur le GR10 en France, j’y ai retrouvé des préoccupations qui furent aussi les miennes pendant une semaine, et des événements comparables. Pour les préoccupations il s’agit d’abord du poids du sac (d’autant plus important que le temps d’autonomie en eau ou nourriture est long), de l’inquiétude ressentie en constatant la diminution des réserves, du sentiment d’impuissance face aux conditions météorologiques dégradées… J’ai aussi pu constater l’utilité du/des bâton(s) de marche, le bon fonctionnement du "téléphone arabe" le long du chemin - les messages étant véhiculés par les randonneurs qui nous précèdent ou nous suivent de près et par les personnes croisées en chemin -, et rencontrer des représentants de la Rainbow Family (merci encore pour le proposition de café, déclinée faute de temps…).

Ce livre m’a passionné et ému. Je suis curieux de voir son adaptation cinématographique.