comme un enfantXO, 25 mai 2016, 306 p.

♥♥♥

Renaud s'étonne d'avoir embrassé un flic entre Nation et République. ♪♫
Moi je m'étonne d'avoir voulu en savoir plus sur lui au point :
- de regarder une émission de Drucker (en replay, c'est moins grave ?)
- de lire son autobiographie (elle m'a été proposée en service presse, alors bon...)

Je ne suis pas fan de Renaud - ni de personne -, ni friande de biographies de people.
Les commérages sur les célébrités, j'aime bien, mais pas au-delà de quelques pages moqueuses dans Voici. Je fuis les articles complaisants de Gala ou Paris Match, les biographies flatteuses, et les autobios narcissiques.

Mais voilà, depuis que le personnage a fait son retour, bien amoché par quelques années noires, j'ai envie de comprendre pourquoi j'ai tant écouté et aimé certaines de ses chansons entre 1983 et 1986, pendant mes années 'lycée'.

Ecrit de façon dépouillée, quasi-scolaire, ce témoignage est sobre, factuel, et forcément narcissique.
J'ai peu appris sur la famille de l'auteur et sur sa jeunesse, parce que je connaissais déjà : du côté de papa, des protestants lettrés (grand-père helléniste, père auteur et traducteur), du côté de maman, des ouvriers et des mineurs du Nord de la France. Sympathie précoce de Renaud pour l'extrême gauche et ses théories humanistes. Débuts en tant que comédien aux côtés de Coluche, Dewaere, Lanvin - Lanvin dont il a d'ailleurs séduit et piqué l'épouse, Dominique, sa 'gonzesse', qui est devenue la maman de Lolita, la petite louloute qui a inspiré Mistral Gagnant et d'autres jolis textes - Lolita qui a épousé le chanteur Renan Luce en 2009...

J'ai apprécié le décryptage de certaines chansons, c'est toujours intéressant d'en savoir plus sur les contextes dans lesquels elles ont été écrites (Manu, c'est lui, par exemple, et 'cette nana [...] faite pour personne', c'est Dominique, la femme d'un autre). J'ai aimé les derniers chapitres, plus émouvants puisque le chanteur y évoque ses problèmes de dépression et d'alcoolisme. J'ai été touchée par les hommages rendus à ses proches (les deux femmes de sa vie et les enfants qu'il a eus avec elles), l'ambivalence destructrice de ses sentiments à l'égard de son père...

A lire pour en apprendre sur Renaud, pas pour le style.
Je ne pense pas que ce témoignage rende l'homme sympathique si on ne l'apprécie pas déjà. Il faut dire que le personnage émeut autant qu'il agace, comme tous les grands sensibles de ce genre - éternels ados, immatures, timides, généreux, excessifs, maladroits, écorchés vifs, poètes, trop directs...

Merci à Mélanie et aux éditions XO.

agenda 28 juin au 3 juillet