le chemin

dessaintPayot & Rivages, Thrillers, 11 février 2015, 222 p.

♥♥♥

Nom : on ne sait pas, et c'est pas grave
Prénom : Cyril (ou Jérôme ou Wilfried ou Michel ou Gilles... chacun porte une croix)
Sexe : de frustrant (attouchements à la va-vite) à sordide (viol, inceste, femmes prédatrices répugnantes et cruelles)
Date de naissance : il y a longtemps, même les plus jeunes sont usés
Lieu de naissance : une ville côtière au nord de la France
Profession : sans (pas encore, ou au chômage) ou boulot pénible
Profession des parents : OS
Loisirs : pêcher, picoler, regarder les oiseaux, les bateaux, refaire un crépi qui ne tient pas, se venger sur les autres de sa vie de lose

De Pascal Dessaint, j'avais lu Les derniers jours d'un homme. J'avais beaucoup aimé le contexte et les idées, moins l'intrigue.
Expérience moins enthousiasmante avec cette deuxième découverte :
- je me suis perdue dans les personnages, trop nombreux, trop semblables (et pourtant je prends des notes)
- j'avais un mal fou à visualiser cette côte d'acier, de béton, de fumée, avec sa centrale, ses usines, ses gigantesques bateaux, ses blockhaus, ses oiseaux (j'appliquais tant bien que mal des images de Saint-Nazaire)
- j'ai trouvé excessive l'accumulation de guignes et de violence (même si je sais que ça existe, une telle poisse, notamment dans les zones économiquement sinistrées).

Cet ouvrage m'a fait penser à D'acier (Silvia Avallone), Les vivants et les morts (Gérard Mordillat), Rafael derniers jours (Gregory Mcdonald), Mystic River (Dennis Lehane) - autres romans 'sociaux' que j'ai trouvés à la fois plus subtils et plus intenses.

agenda 3 & 4 août

💀 challenge polars & thrillers 2016-2017 chez Sharon - 5e 💀

logo sharon polar 201617