sweet six

anneliseCasterman, 2 avril 2014, 220 p.

En 1957, Elvis Presley est très mal vu dans les bonnes familles américaines, les demoiselles se pâment à la seule vue de son déhanchement lascif. Il est « capable de provoquer des évanouissements rien qu'en ondulant les doigts »... Ça peut surprendre quand on n'a connu que sa version bouffie des années 70.
Cette année-là, dans l'Arkansas, la ségrégation est toujours en vigueur. Suspectés de véhiculer des maladies, les Noirs n'utilisent pas les même toilettes que les Blancs, ils ne sont tolérés dans les piscines que les veilles de nettoyage. Bizarre : on les trouve quand même suffisamment propres pour faire le ménage, la cuisine et s'occuper des enfants...
Little Rock est alors une petite ville paisible, jusqu'à ce que la Cour suprême des Etats-Unis décide d'expérimenter l'enseignement mixte dans son Lycée central. Dans un premier temps, neuf adolescents noirs doivent y être 'accueillis' parmi 2 500 blancs. Le cauchemar commence avant même la rentrée de septembre : les neuf volontaires et leurs familles sont victimes de menaces de la part de Blancs opposés à ce mélange, et même leurs proches noirs sont tentés de les dissuader de participer à l'aventure, par crainte de représailles.

melba2Pour ce roman, Annelise Heurtier s'est inspirée du témoignage de Melba Pattillo (photo à droite), l'une de ces étudiants noirs. A travers le personnage romancé de Molly, on assiste, incrédule et bouleversé, à l'enfer que cette jeune afro-américaine a subi pendant toute une année scolaire. Les faits sont d'une violence inouïe, aussi bien verbale, morale, que physique. Un tel déferlement collectif de haine et de brutalité paraît inimaginable, et pourtant... l'actualité montre qu'on n'en est jamais loin, dans une société.

A lire, et à faire lire dès 14-15 ans. Pour la page d'Histoire, mais aussi pour ce genre de message d'espoir : « La Blanche lui avait souri, désolée de ce qui était arrivé. Dans son regard, Molly n'avait lu aucun calcul, aucune animosité. Elles avaient échangé quelques mots, d'égale à égale. De crainte de paraître ridicule, Molly n'avait pas osé lui dire à quel point ce simple fait lui donnait envie d'avancer. »

Bravo et merci à l'auteur, Annelise Heurtier, qui sait sensibiliser les lecteurs de tous âges à des sujets de société, de manière simple, enrichissante et percutante (cf. aussi Refuges, sur l'émigration clandestine).

agenda 10 & 11 septembre - emprunt mdtk

norman

The problems we all share (Norman Rockwell) – 1964

*   *   *