akimL'Ecole des Loisirs, Pastel, 8 mars 2012, 100 p.

amnesty  ■  lu par Canel

Qu'est-ce qui fait courir Akim ? Le prof de sport ? Ses copains de jeux ?
Un petit coup d'oeil sur la couverture, et on comprend : une explosion, des adultes en fuite portant/traînant des enfants, la terreur - même la façade de la maison ressemble à un visage désolé.
Akim vit dans un pays en guerre, sa ville est bombardée, les gens tombent, sont blessés, meurent, fuient ; les familles sont séparées malgré elles, des soldats ramassent les enfants.

Magnifique album pour rappeler, si besoin, à quoi ressemble la vie en temps de guerre : à la mort, partout, et à la peur.
Peu de texte, beaucoup de dessins au crayon gris, très doux, éloquents, poignants.
Cet ouvrage - moins violent, plus subtil que Une si jolie poupée (Pef), sur ce même thème - peut être proposé aux enfants à partir de huit ans, de préférence en lecture accompagnée.

  ■  et Mr

Comme les autres enfants, Akim joue avec ses camarades. Puis la guerre arrive dans son village…
Son jeune âge ne le protège pas de la barbarie. Au contraire, c'est une faiblesse, car plus que ses aînés, il a besoin d'assistance - matérielle et affective.

Le propos est dur, mais reflète malheureusement la vie de nombreux enfants de pays en guerre.
Ce discours mérite d'être porté auprès de nous, adultes et enfants des pays occidentaux qui avons la chance de vivre sur un territoire épargné par les conflits militaires.

Le graphisme est magnifique, aussi bien pour les paysages que pour les personnages. Il est aussi très adapté : il contribue à faire comprendre l'histoire, sans en rajouter dans le sensationnel ou le misérabilisme.

agenda 2 nov. - emprunt mdtk

- quelques images, parmi des dizaines d'autres aussi belles et bouleversantes -    

akim7    akim12

akim1    akim6

akim4    akim3