on est tous faitsWe are all made of Molecules, 2015
traduit de l'anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec
nielHélium, 15 avril 2015, 215 p.

Stewart, treize ans, et Ashley, quatorze, n'ont absolument rien en commun.
Il est ultra-sensible - plus encore depuis le décès récent de sa maman - et surdoué.
Elle est frivole, égoïste et d'une bêtise crasse.
Ils vont pourtant devoir se supporter au quotidien puisque le père de Stewart, amoureux de la mère d'Ashley, s'installe chez elles avec le fiston, leur chat, et quelques meubles et accessoires trop kitsch/colorés pour la déco épurée de la maison.

we are allLa couverture de l'édition française est moche, le titre aussi - je ne sais pas ce qui m'a attirée dans ce livre, à part sa place en bout de gondole à la médiathèque.
L'auteur évoque ici un tas de difficultés liées à l'adolescence (ou exacerbées à cette période délicate) : deuil, divorce, famille recomposée, collège, amitié, amour, harcèlement moral/physique, fréquentation toxique, statut social, apparence, différence, homophobie...
Ça fait beaucoup mais je n'ai pas trouvé la barque trop chargée, grâce au mélange plutôt subtil d'émotion et d'humour.
J'ai seulement été agacée par des ressemblances trop flagrantes avec d'autres romans pour adolescents tels que L'Echappée (A. Stratton) ou Wonder (RJ Palacio) - publiés avant ou après, peu importe, c'est à moi de mieux varier mes lectures !

agenda 22 déc - emprunt mdtk